Axel Witsel : « Sportivement, Tianjin Quanjian c’est 10 fois mieux que la Juventus »

Après l’annonce de son transfert vers la Chine, le Belge Axel Witsel a tenu à expliquer son départ : « Sportivement, Tianjin Quanjian c’est 10 fois mieux que la Juve ».

C’est officiel depuis mardi après-midi : le milieu de terrain international belge Axel Witsel change de club, passant du club russe du Zenith Saint-Petersbourg à l’équipe chinoise du Tianjin Quanjian. Ce choix, s’il peut paraître surprenant, est plus que logique du point de vue de l’intéressé :

« On parle beaucoup du salaire astronomique que je vais percevoir en Chine. Alors oui je vais toucher 18 millions d’euros par an, oui j’aime me moucher dans des billets de 500 euros, et oui les enfants des petits-enfants de mes arrière-petits-enfants vont pouvoir encore vivre sur ce faible pécule. Mais il n’y a pas que ça : le challenge sportif est dingue, avec notamment un duel de titan contre Stephane M’Bia qui m’attend, ou encore un face-à-face de folie contre Gael Kakuta ou encore Obafemi Martins ! »

Axel Witsel : « Fabio Cannavaro m’a dit les mots, il m’a rendu accro »

C’est donc le défi sportif et non l’appât du gain qui a convaincu le grand milieu de terrain formé au Standard de Liège de rejoindre la Chinese Super League au lieu, par exemple, de la Juventus Turin, club dont il était proche l’été dernier :

« J’ai parlé avec le joueur brésilien Oscar Sisto, il m’a convaincu de l’accompagner en Chine. Sportivement, les Chinois sont au-dessus des Belges, des Espagnols et des Français réunis ! Tianjin Quanjian c’est 10 fois mieux que la Juventus. Si Messi et Ronaldo ne viennent pas, c’est qu’ils ont peur. Avec le Tianjin Quanjian, je suis sûr que l’on peut gagner la Ligue des Champions. La Juve, mais aussi le Bayern, Chelsea… : on va les manger, j’en suis certain ! »

Cheryf Haluna, l’agent d’Axel Witsel, a de son côté tenu à mettre en avant le rôle joué par l’entraîneur du Tianjin Quanjian Fabio Cannavaro, le légendaire défenseur central italien, qui a su trouver les mots pour le convaincre :

« Être entraîné par Fabio Cannavaro, quelle fierté ! Quand il lui a dit les mots, il l’a rendu accro, on a vu l’avenir dans ses bras… Il avait les mots, l’a rendu accro. On l’a suivi chez lui, bête de jardin et chien de compagnie, une putain de maison on s’imagine tout de suite la vie de folie ! C’est simple : dès qu’il parlait, on la fermait. »

Tim

Écrivain en dessin industriel chez FootballFrance.fr
Rédacteur des plus grandes émissions de divertissement françaises actuelles (TeleShopping, Silence ça pousse, Pascale la petite sœur), Tim adore les chiffres, notamment le 5 et le 47. Grand fan de football, de gérontologie et des nems, il est grand, beau, mais complètement idiot...