Browse By

L’Italien Mauricio « Mo » Zarella quitte Benevento et signe à Naples

TRANSFERT – La pépite Mauricio « Mo » Zarella quitte le club de Benevento pour rejoindre l’ennemi napolitain.

Toute l’Italie du football est en ébullition ce matin après l’annonce du club de Naples de l’acquisition de la pépite de 19 ans Mauricio Zarella en provenance du club voisin de Benevento.

En fin de contrat avec le club promu en Série A, « Mo » Zarella (27 buts et 17 passes décisives en 34 matchs cette saison en Série B) a donc choisi de franchir un cap en rejoignant l’équipe qui a terminé 3ème du dernier championnat derrière la Juventus championne et son dauphin de l’AS Roma :

« Après plus de dix ans au club, je suis arrivé à maturité aujourd’hui, et je voulais jouer la Ligue des Champions dès la saison prochaine. Naples la joue donc j’y ai signé. J’aurais fort à faire pour être titulaire, mais c’est un beau challenge que je n’ai pas pu refuser. A moi de me fondre parfaitement dans le groupe afin de donner plus de goût au jeu de Naples. »

Des maillots de Mo Zarella brûlés par les supporters de Benevento

Mais passer de la ville de Bénévent à Naples, deux villes situées en Campanie séparées de moins de 70 km, est rare et les supporters acceptent mal la chose si l’on en croît Richard « Rico » Tah, le président de l’association des supporters de Benevento :

« On savait que Mo Zarella n’allait pas rester éternellement à Benevento. Mais qu’il parte si vite, sans jouer un seul match de Serie A, on a été très surpris. Et qu’il parte chez l’ennemi napolitain, on n’aime encore moins. Il part gratuit d’autant plus, ce qui n’aide en rien notre équipe. »

Sur les réseaux, des supporters ont déjà posté des vidéos dans lesquelles ils brûlent le maillot de leur ex-idole Mo Zarella, n’hésitant pas, pour prolonger le feu, à jeter de l’huile d’olive sur le feu. Mais cela, et même s’il le regrette, le nouveau joueur de Naples semble s’en ficher :

« Qu’il brûle tout ce qu’ils veulent, ils peuvent même me jeter des tomates à la figure, ils ne pourront jamais jeter à la poubelle tout ce que j’ai donné pour ce club que j’ai rejoint à l’âge de 7 ans. Que Santa Lucia [la déesse du pardon en Italie, ndlr] puisse aider à réduire leur courroux… »

Tim

Écrivain en dessin industriel chez FootballFrance.fr
Rédacteur des plus grandes émissions de divertissement françaises actuelles (TeleShopping, Silence ça pousse, Pascale la petite sœur), Tim adore les chiffres, notamment le 5 et le 47. Grand fan de football, de gérontologie et des nems, il est grand, beau, mais complètement idiot...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *