10 ans plus tard, Raymond Domenech révèle qu’il a sélectionné Pascal Chimbonda « par hasard »

L’ancien sélectionneur des Bleus Raymond Domenech a enfin dévoilé la raison qui l’a poussé à sélectionner Pascal Chimbonda au Mondial 2006.

ENFIN ! Toute une génération de fans de football se posait la question depuis dix années et la publication de la liste des 23 joueurs sélectionnés pour défendre les couleurs de l’équipe de France au Mondial 2006 : pourquoi donc Raymond Domenech a-t-il choisi d’emmener l’inconnu Pascal Chimbonda en Allemagne ?

Une décennie plus tard, le désormais ex-sélectionneur des Bleus a choisi de répondre, enfin, à cette question. Et sa réponse est des plus simples :

« J’ai attendu longtemps pour dévoiler le pourquoi du comment, le qui du quoi et le où du qu’est-ce… Aujourd’hui, cela fait dix ans, il est temps pour moi de révéler pourquoi j’ai sélectionné Pascal Chimbonda pour jouer le Mondial 2006 : je l’ai fait… par hasard ! Je ne savais pas qui prendre, je l’ai vu, et hop, il était pris, c’est tout ! »

Pascal Chimbonda : « J’ai vu de la lumière, je suis rentré, et voilà ! »

Dix ans plus tard, Raymond Domenech explique n’avoir pas eu grand choix à l’époque pour seconder Willy Sagnol, le titulaire au poste de latéral droit :

« OK, Chimbonda, je veux bien admettre que c’était un choix bizarre… mais souvenez-vous, à l’époque, j’avais qui sous la main ? Anthony Réveillère ? OK, superbe… Next ! François Clerc ? Il avait 12 ans à l’époque ! En plus, je le trouvais moche… Jurietti ? Lui, pour le coup, c’était une blague : je l’avais lancé en Espoirs et je lui avais dit que, si un jour j’étais sélectionneur des A, je le prendrais… Voilà voilà ! Et enfin, Chimbonda. C’est le hasard en fait, je ne le connaissais même pas. Et puis un mec a frappé à ma porte : c’était lui, il m’a demandé à qui il devait s’adresser pour poser sa candidature au poste de mascotte officielle. J’ai dit que j’allais transmettre, j’ai noté son nom sur un bout de papier… mais c’était le papier officiel pour la liste des 23, et comme un gros c**, j’avais utilisé un feutre indélébile ! »

Pour Pascal Chimbonda, c’était un rêve qui se réalisait. Et c’est son bagout qui l’a aidé si on l’écoute :

« Vous savez, je suis pas difficile. Je voulais être avec les Bleus au Mondial, mais en tant que mascotte. Quand il m’a dit que c’était bon, j’étais trop content, j’avais mon costume de bite tout prêt, ma corne de brume et ma perruque de Fabien Barthez… Mais en fait, non, j’étais pris dans les 23 ! Un truc de dingue ! J’ai eu de la chance, mais je l’ai provoquée aussi : en gros, j’ai vu de la lumière, je suis rentré, et voilà, j’étais dans les 23 ! »