Browse By

Alcoolémie au volant : Marco Verratti affirme avoir mangé un steak d’un bœuf ivre

L’Equipe a révélé ce vendredi que Marco Verratti avait été contrôlé au volant avec un taux d’alcoolémie deux fois supérieur à la norme autorisée, un taux qu’il explique par l’absorption d’un steak de bœuf ivre.

Embed from Getty Images

Le milieu de terrain italien du PSG Marco Verratti est dans la tourmente après la nuit qu’il a passée en cellule de dégrisement entre mardi et mercredi : contrôlé avec un taux d’alcoolémie de 0,49 mg/l (pour rappel, la limite pour un conducteur titulaire d’un permis probatoire est fixée à 0,20 mg/l), il risque en effet une longue suspension de permis… mais surtout une longue explication avec la direction de son club.

Selon nos informations, le PSG aurait demandé à son joueur de trouver une raison qui explique cette « sortie de route » en pleine saison, à quelques jours de deux chocs face à Lille en Ligue 1 et à Naples en C1. Interrogé par notre reporter sur place, l’avocat du joueur Maître Guy Mse semble plutôt confiant :

« Mon client ne risque rien du tout, mais alors rien du tout. Je le crois quand il me dit qu’il n’a bu qu’une seule petite bouteille. Je le crois quand il me dit qu’il n’a pas chuté en voulant monter dans sa voiture. Je le crois quand il me dit que le feu était au violet quand il est passé. Je le crois surtout quand il me dit que c’est à cause du steak haché qu’il a mangé ce soir-là que son taux d’alcoolémie était si élevé. »

Un bœuf de Kobe au passé trouble…

En exclusivité pour FootballFrance.fr, Maître Guy Mse a accepté de détailler l’argumentaire qu’il compte utiliser pour la défense de son client :

« Placé en cellule de dégrisement, mon client m’a tout de suite appelé. Je suis venu et je lui ai demandé de tout m’expliquer en détails. Déjà, d’une, il faut savoir que l’un des policiers présents ce soir-là avait un léger accent du Sud… Déjà, cela veut tout dire… Bref, ensuite il m’a parlé du menu qu’il a pris ce soir-là, un steak de bœuf de Kobe et un baba au rhum. J’ai enquêté, et voici mes conclusions :
– Le baba au rhum a été fait avec du rhum ambré plus fort que la moyenne, ce qui peut expliquer 11 des 49 mg/l retrouvé dans le sang de mon client
– J’ai diligenté un confrère au Japon, à Kobe, pour enquêter sur le bœuf dont était tiré le fameux steak. Selon lui, son grand-père, un des plus gros taureaux du premier troupeau de la banlieue 13 de Kobe Sud, a été impliqué dans diverses affaires de corruption à l’alcool frelaté. Sa mère, une vache multi-lauréate de prix internationaux, a elle été envoyée plusieurs fois en cure de désintoxication… pour l’alcool !
– Ceci plus cela fait beaucoup de choses, et il ne serait pas étonnant qu’on me dise demain que le bœuf dont était tiré le steak qu’a mangé mon client était un criminel plusieurs fois condamné pour trafic de stupéfiant.
– Selon nos calculs, si le bœuf en question était ivre lors de son envoi à l’abattoir, l’absorption d’un steak provenant de sa cuisse pourrait expliquer 20 des 49 mg/l. »

La direction du PSG n’a pas souhaité répondre à nos questions mais aurait elle aussi envoyé un expert au Japon afin d’en savoir plus sur les origines dudit bœuf.

Tim

Écrivain en dessin industriel chez FootballFrance.fr
Rédacteur des plus grandes émissions de divertissement françaises actuelles (TeleShopping, Silence ça pousse, Pascale la petite sœur), Tim adore les chiffres, notamment le 5 et le 47. Grand fan de football, de gérontologie et des nems, il est grand, beau, mais complètement idiot...