Browse By

Même pas ivre, le stagiaire Betclic crédite des Freebets à tous les parieurs !

La bourde : un des stagiaires de la société de paris sportifs Betclic a involontairement crédité des freebets à tous les parieurs sur la plate-forme. Voici son histoire…

Embed from Getty Images

Il a 18 ans, il est beau, il est prometteur… mais il est aussi fiable qu’Apoula Edel dans une séance de tirs au but : lui, c’est Clément Sanchez dit « El Stagios », et il a commis une boulette XXL cette semaine en créditant des freebets à TOUS les parieurs de Betclic !

Selon une source minérale proche du dossier, Clément n’aurait pas pris au sérieux l’avertissement reçu d’Olivia Safe, sa supérieure hiérarchique. En effet, après s’être servi son 118ème café de la matinée, le jeune homme surexcité confondit l’ordinateur central du célèbre opérateur de paris sportifs avec une cafetière. En lieu et place de la pluie d’expresso qui devait s’abattre dans son mug, c’est une pluie de freebets qui touchera prochainement TOUS les clients de Betclic !

Pour Mme Safe, si l’erreur de « El Stagios » est très grave, elle aurait dû être évitée. C’est pourquoi aucune poursuite ne sera lancée contre la jeune pépite :

« Clément est mignon, mais il reste un simple stagiaire de Terminale. Il n’avait rien à faire aussi près de l’ordinateur central. Son bureau se trouve entre la cafetière et la photocopieuse ! Désorienté, et trop timide pour demander de l’aide, il a commis une erreur… ça arrive ! »

Une erreur (plus ou moins) coûteuse ?


Pour FootballFrance.fr, Olivia Safe a bien voulu détailler les conséquences du geste malencontreux du jeune Clément :

« En appuyant sur ce bouton, « El Stagios » a déclenché un véritable raz-de-marée : via un système particulièrement compliqué et totalement inexplicable, des freebets vont être distribués dans les heures qui suivent à l’ensemble des parieurs ayant créé un compte Betclic dans les 10 dernières années ! » Une estimation du coût de cette boulette ? « Si l’on considère le nombre conséquent de nos parieurs, la redistribution équitable et ambivalente des prize money de l’EBITDA lié à ces freebets, cumulé à l’importance exponentielle de notre anachorète en chef, j’estime tout cela à un montant allant d’un simple Jesé à quatre Zambo Anguissa et demi. »

Pour Mme Safe, si Clément ne sera pas inquiété, tout sera mis en œuvre pour éviter que la chose ne se reproduise :

« Les paris sportifs en ligne fêtent leurs dix ans le 11 juin prochain, du coup ça sera au moins l’occasion pour nos parieurs de célébrer ! Néanmoins, pour éviter que cela ne se reproduise trop souvent, nous avons décidé d’interdire à nos stagiaires l’accès à la cafetière. Nous souhaitons également transférer notre ordinateur central vers un lieu très peu fréquenté pour minimiser les risques. Nous parlementons actuellement avec les propriétaires du Stade Louis II à ce sujet justement… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.