Browse By

L’ASM Clermont se plaint de l’état de la pelouse du Stade de France après France-Belgique

Si l’ASM a perdu la finale du Top 14, c’est parce que la pelouse était dans un état lamentable, la faute aux footballeurs de l’Equipe de France : c’est en tout cas l’argument sorti par les joueurs clermontois après leur défaite samedi soir face au Stade Français (6-12).

C’était samedi que la finale du Top 14 se jouait, opposant d’un côté les Franciliens du Stade Français aux Clermontois de l’ASM, finaliste de la dernière Champions Cup et favoris de ce dernier match de la saison du championnat de France de rugby. Mais contre toute attente, ce sont bien les joueurs de la capitale qui l’ont emporté (6-12), à l’issue d’un match fermé qui s’est rarement joué sur des phases de jeu.

Pour Franck Azéma, le coach des Jaune et Bleu, ses joueurs n’ont rien à se reprocher. Pour lui, c’est la pelouse du Stade de France qui a causé la perte des siens, et les coupables sont tout désignés :

« Les footeux ont gâché la fête du rugby en jouant ce France-Belgique à une semaine seulement de cette finale. Je suis déçu, énervé, bouleversifié, car les footeux ont rendu complètement impraticable le Stade de France. »

Le rugby fustige le foot et l’état dans lequel il rend les pelouses

Ce n’est pas la première fois que le monde du rugby se plaint de l’état de la pelouse des stades après un match des footballeurs.

En novembre 2013, c’est Philippe Saint-André qui avait le premier lancé une grosse pierre dans la mare, au lendemain du fameux France-Ukraine qui a qualifié les Bleus pour le Mondial 2014 (« Je ne sais pas, je ne connais pas le football, mais au rugby, l’état de la pelouse joue un rôle primordial sur la qualité du jeu ») imité par Mathieu Bastareaud (« C’est une honte ! La pelouse est dans un état lamentable, on ne pouvait pas enchaîner deux mêlées sans glisser ! ») et le Thiery Dusautoir (« A chaque fois, c’est la même chose : les footballeurs sont les rois, nous les hommes nous devons faire avec les restes »).

Tim

Écrivain en dessin industriel chez FootballFrance.fr
Rédacteur des plus grandes émissions de divertissement françaises actuelles (TeleShopping, Silence ça pousse, Pascale la petite sœur), Tim adore les chiffres, notamment le 5 et le 47. Grand fan de football, de gérontologie et des nems, il est grand, beau, mais complètement idiot...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *