Browse By

OM – Mécontent des critiques reçues, Jacques-Henri Eyraud licencie Andre Villas-Boas

L’aventure d’Andre Villas-Boas à l’OM s’est terminée ce jeudi, au lendemain d’une conférence de presse où il a vivement critiqué certains choix de son président Jacques-Henri Eyraud.

Embed from Getty Images

Les supporters redoutaient la chose… la chose est arrivée, à leur grand dam : Andre Villas-Boas n’est plus l’entraîneur de l’Olympique de Marseille ! Cette décision a été prise par le président Jacques-Henri Eyraud après que l’entraîneur portugais a vivement critiqué, en pleine conférence de presse, sa dernière décision d’intégrer à l’organigramme phocéen Paul Aldridge, qui aidera à vendre des joueurs en Angleterre.

Pour un proche du président Eyraud, c’est un vrai crime de lèse-Majesté qu’a commis l’ancien technicien de Chelsea et Tottenham :

« Jacques-Henri Eyraud n’est pas le dernier venu, il comprend que toute déclaration a un but précis. Toutes celles faites à son encontre par Villas-Boas lors de cette conférence de presse avaient pour but de mettre les supporters dans sa poche, pour obliger Frank McCourt de trancher en faveur d’un peuple marseillais qu’on sait influent. JHE a donc décidé d’agir vite, avant même que toute cette affaire n’arrive jusqu’aux Etats-Unis. »

Costume-cravate, Lihadji : tout est bon pour justifier la mise à l’écart de Villas-Boas


Toujours selon cette source, Jacques-Henri Eyraud a choisi deux angles pour justifier sa décision de se séparer d’Andre Villas-Boas : il compte mettre en avant le fait que Villas-Boas porte atteinte à l’image de l’institution OM en portant un survêtement en bord terrain en lieu et place d’un costume de ville et la cravate qui va avec, et surtout s’appuyer sur le cas du jeune Isaac Lihadji.

Officiellement, le président reproche à son entraîneur de ne pas avoir su convaincre la pépite marseillaise de signer son premier contrat professionnel avec l’OM… alors même qu’il est de notoriété publique que le fait de ne pas l’intégrer au groupe professionnel était une décision présidentielle. Mais pour JHE, seul ce qui est visible peut être justifié :

« Il n’y a aucune trace écrite venant de Jacques-Henri ou de la direction demandant à Villas-Boas de se passer des services d’Isaac Lihadji. Lihadji va signer ailleurs car il n’a pas eu de temps de jeu, et cela, le président va le mettre en avant auprès de quiconque voudra mettre en cause sa décision de faire partir Villas-Boas. »

Selon nos informations, Antoine Kombouaré serait le favori de Jacques-Henri Eyraud pour prendre la suite d’Andre Villas-Boas sur le banc de l’OM.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.