Samir Nasri trashe Benoît Paire : « Cracher sur le maillot de la France, c’est abusé »

Le footballeur Samir Nasri n’a pas été tendre à l’heure d’évoquer le cas du tennisman Benoît Paire, exclu des JO par sa fédération : « Cracher sur le maillot de la France, c’est abusé ».

C’était un véritable coup de tonnerre : mardi soir peu avant minuit heure française, la Fédération Française de Tennis annonçait l’exclusion des Jeux Olympiques de Benoît Paire. Une exclusion qui a fait jaser en-dehors du cercle du tennis, puisque le footballeur international français Samir Nasri a lui aussi parlé de ce cas épineux à nos confrères de FootballManchester.co.uk :

« Je suis les Jeux Olympiques de manière quotidienne, et bien sûr j’ai suivi l’affaire Benoît Paire. Cela ne me plaît pas du tout, le respect est mort apparemment, il a été bouffé par un mec affamé qui n’en a pas laissé une miette tel un Peter Crouch qui n’aurait pas mangé depuis seize ans ! Clairement, cracher sur le maillot de la France comme l’a fait Benoît Paire, c’est abusé ! Personnellement, j’aurais honte à sa place. »

Comme Samir Nasri, Nicolas Anelka ne comprend pas Benoît Paire

Autre footballeur, même avis avec l’ancien joueur du Real Madrid formé au PSG Nicolas Anelka qui s’est lui aussi fendu d’une sortie fracassante à propos de l’attitude du tennisman conjoint de la chanteuse Shy’m :

« Il a quoi dans la tête sérieusement ? Jamais je n’aurais pensé quelqu’un capable de cracher contre l’institution qu’est l’équipe de France ! D’ailleurs, jamais un footballeur ne ferait une chose pareille… Le mec ne veut pas jouer, le mec ne veut pas représenter les Bleus, aux JO d’autant plus ? Qu’il se mette à genou devant moi s’il veut me parler !! »

Pour rappel, la FFT via Arnaud di Pasquale et Jean Gachassin ont exclu Benoît Paire de l’équipe de France de tennis pour un comportement jugé inacceptable. La nouvelle lui avait été donnée la veille de son match perdu mardi face à l’Italien Fabio Fognini.

De son côté, la chanteuse Shy’m a tenu à apporter son soutien indéfectible à Benoît Paire, fustigeant les médias en leur demandant de « respecter » à défaut « de comprendre » le choix fait par son compagnon.